Robert Lafont - Mont-Joia Bachas

Es dins una nuech de fin d’estiu de 80 e dins la cort de l’Archavescat d’Arle que s’impausèt a ieu l’idèa d’una cultura renovada remandada en conquista d’avenidor coma lo lec d’una nòva partida. Mont-Jòia donava lo tèxt de Mirèlha sus una musica de Patrice Conte. La joventut rufa e rabastissa dau poëma mistralenc esclatava tornarmai, après un sègle de celebracion e tànteis annadas d’èstre rejonch dins l’armari. Au meteis endrech, un an puèi, l’enfortiment veniá de Bachàs amb Mont-Jòia dins son interpretacion dei cançons occitanas de la mar : la beutat d’una tradicion desrabada au musèu regolava en abonde, musica sorna e solelhosa, dirai, emmiralhament dau cèu sus l’ondada ò tomple d’inconscient restontidós ; la poësia tirada a fòrça de sciéncia instrumenala e de desliurament de vòtz de son cocon repetitiu. Evidènta.
Aquò son d’impressions qu’an la valor d’un jutjament. Lo jutjament debanat demandariá l’escota e l’analisi de l’escota. Mai vòle anar de drech, puslèu, au nos de la question : la qualitat, la novetat dau trabalh de Mont-Jòia et de Bachàs : Respònde en parlant d’una «cosiera en delà».
En delà de l’experiéncia qu’a ara quinze ans, de la jove cançon occitana, rebaladís istoric de tèmas, de desirs, d’intencions, de capitadas e de rassegas, de refranhs gardats en memòria e de cofèlas abandonadas au vènt, Vaquí lo saut e l’aplant , l’aplomb dins una seguritat tecnica :
la cultura madura après leis auvaris e lei reguinhadas de la prima aigra e generosa.
En delà dau poëma cantat, de l’entrepresa de faire passar dins l’èr la letra e seis images, arribam au poëma cançon : a la causa musicala e poëtica a l’encòp, a l’unìtat redona de l’art.
En delà dei reviures dau folklòre e deis ondadas successivas dau fòlk, siám au ponch d’acòrdi entre la modernitat e lei ritmes ò lei melodias de l’eiretatge, a la possession d’un ier e d’un uei sota la creacion.
En delà de l’identitat occitana e dei barrulatges culturaus, de l’enrasigament e dau manlèu grelha una musica complèna d’aicí e d’alhors, sonatz-la miegjornala ò mediterranenca, se volètz. I sìam dedins. En plen dins la crosiéra.
Mai semblariá que parle rèn que de saber-faire ò de saber. La crosiéra es duberta , alandada , la creacion es animosa, alegra. Occitània de toteis auras . I siam bèn. Amb Mont-Jòia e Bachàs sènte la cultura nòstra reviudada coma una benaurança.

Robert Lafont (1982)

C’est dans une nuit de la fin d’été 80 et dans la cour de l’Archevêché d’Arles que s’imposa à moi l’idée d’une culture rénovée, relancée en conquête d’avenir comme la cible d’une nouvelle partie. Mont-Jòia donnait le texte de Mireille sur une musique de Patrice Conte.
La jeunesse dure et rugueuse du poème mistralien éclatait de nouveau, après un siècle de célébration et tant d’années de réserve en bibliothèque. Au même endroit, un an après, la confirmation venait de la rencontre de Bachàs et Mont-Jòia dans une interprétation des chansons occitanes de la mer : la beauté d’une tradition arrachée au musée jaillissait d’abondance, musique sombre et ensoleillée tour à tour, dirai-je, ciel qui se mire dans la vague ou gouffre d’inconscient qui résonne ; la poésie tirée à force de science instrumentale et la libération de la voix de son cocon répétitif. Evidente.
Ce sont là des impressions qui ont la valeur d’un jugement. Le jugement pour se développer demanderait l’attention de l’oreille et l’analyse de l’écoute. Je veux plutôt aller droit au nœud de la question : la qualité, la nouveauté du travail de Mont-Jòia et de Bachàs. Je réponds en parlant d’un «carrefour au-delà».
Au-delà de l’expérience, qui a maintenant quinze ans, de la jeune chanson occitane, de ce désordre historique de thèmes, de désirs d’intentions, de réussites et de rengaines, de refrains gardés en mémoire et de balle laissée au vent, voici le saut et l’arrêt, l’équilibre atteint dans la sûreté technique : la culture enfin mûre après les accidents et les retours d’un printemps aigre et généreux.
Au-delà du poème chanté, de la tentative de faire passer dans l’espace aérien la lettre et ses images, l’arrivée au poème chanson : l’objet à la fois poétique et musical, l’unité circulaire de l’art.
Au-delà du revival du folklore et des vagues successives du folk, le point d’accord entre la modernité et les rythmes et mélodies de l’héritage, la possession d’un hier et d’un jour d’hui sous la création.
Au-delà de l’identité occitane et des errances culturelles de l’enracinement et de l’emprunt, naît une musique complexe d’ici et d’ailleurs, appelez la méridionale ou méditerranéenne, si vous voulez. Nous sommes dedans. En plein carrefour.
Mais il semblerait que je ne parle que de savoir-faire ou de science. Le carrefour est ouvert, offert, la création est vivante, allègre. Occitanie de tous les vents. Nous y sommes bien. Avec Mont-Jòia et Bachàs je sens notre culture rajeunie comme un bonheur.


Robert Lafont (1982)

lafont1 lafont2 lafont3 lafont4 lafont5 lafont6

Retour