MONT-JOIA
CANT E MUSICA
DE PROVENCA (XIIe-XXe)
Le Chant du Monde - 74590 - Phénomène récent, l'abondance discographique en matière de chansons traditionnelles françaises n'est pas toujours bénie des muses et il arrive parfois qu'on s'ennuie ferme ; mais enfin c'est une profusion sympathique et enrichissante. Il va désormais falloir compter avec les occitans qui jusqu'à présent ne s'étaient guère manifestés dans ce domaine très particulier. D'emblée, le groupe Mont-Joïa prend place parmi les quatre ou cinq meilleurs groupes de l'Hexagone.
Excellents spécialistes des instruments folk, ce qui n'est pas si rare, ils ont aussi, ce qui est beaucoup plus inhabituel, une cohérence vocable de très grande qualité qui donne à leur disque un air de sérénité grave et profonde. Et puis, si dans les chansons savoureuses on retrouve des versions plus ou moins lointaines des plus connues de la langue d'oïl, la plupart sont exclusivement provençales, sans variantes francophones. Quant à la beauté de la langue elle ajoute encore au talent de Mont-Joïa. (Ce mot désigne les tas de pierres élevés par les bergers pour marquer leur passage et honorer la montagne, dit la pochette.)
Jacques Marquis - Télérama 20-9-76.MONT-JÒIA

PIERRES DE PROVENCE
Mont-Jòia : c'est en provençal un tas de pierres élevé par les bergers pour marquer un passage et honorer la montagne. C'est aussi le nom d'un groupe provençal dont l'album Cant e musica de Provenca XII-XXe siècle, vient de sortir au Chant du Monde. Pour faire revivre cette musique traditionnelle mais qui, ils le disent clairement, n'appartient pas au passé, les 4 musiciens du groupe utilisent beaucoup d'instruments qu'on retrouve tout autour du bassin méditerranéen, tel que le luth, le saz ou le cintour. Et c'est sans doute ce qui fait l'originalité de cette musique à l'intérieur de la culture occitane : la Provence est un fantastique carrefour de civilisations, et quelques-unes des chansons de cet album font revivre des légendes provençales, comme la célèbre Tarasque. ..Danses, chants de troubadours que le groupe a collectés auprès des vieux ou dans des bouquins, mais surtout 2 chants très émouvants : la Filha dau ladre, où sur le rythme obsédant du tonton, tambourin béarnais à 6 cordes, s'égrène lentement l'histoire d'une fille lépreuse du 13e siècle, et un magnifique texte de Peiròl, troubadour et chevalier d'Auvergne : la voix lancinante de Jan Maria Carloti, qui s'accompagne au luth me pénètre de la lassitude d'un homme qui a plus frôlé la mort que l'amour. Avec en exergue de cet admirable disque, une autre citation de Peiròl : bon conselh vos don e gent, amatz e chantatz sovent. Compris ?
REMY - Libération

Un disque de "Mont-Joïa"
chants et musiques de Provence
…Je vous dis tout de suite que c'est un régal et que cet enregistrement devrait figurer en bonne place dans toutes les discothèques du pays d'Oc. C'est un florilège remarquable qu'ils restituent dans toute sa tradition et qu'ils recréent aussi dans toute son actualité, grâce à leurs guitare, luth, galoubet, tambourin, timbale, flûte, violon, mandoline, cintour, trompette marine, taraïette-rossignol… et à leurs voix parfaitement harmonisées. Un disque de musique d'hier, d'aujourd'hui, de toujours. Un disque de musique vivante. Superbe !
J. BONNADIER - Le Provençal 22-9-76.

OCCITANIE
Mont-Jòia "Cant e musica de Provença - XIIe-XXe" Le Chant du Monde LDX 74590
Qu'importe d'avoir attendu si longtemps ce disque puisqu'il durera bien plus longtemps encore. Je le ressens comme un monument, une pierre qui marque le chemin de la renaissance de la musique traditionnelle et populaire, du folk et surtout de la culture occitane, provençale principalement. Le nom du groupe n'est donc pas un hasard et se trouve fort bien choisi. Mont-Jòia a fait un gros travail de recherche qui permet de redonner vie à une musique que les Provençaux eux-mêmes commençaient à oublier sous l'empire économique et culturel du français officiel…. Les instruments fabriqués par Patrice Favaro sont par exemple la trompette marine et le cintour (tympanon) alors qu'ils utilisent aussi le luth, la guitare, la guitare sarazine, la mandoline, le violon, le galoubet et la timbale provençale, des flûtes et enfin le ton-ton… En résumé cela correspond à un ensemble composé d'instruments mélodiques, rythmiques avec bourdons et des percussions, tout y est, reste les voix. Elles aussi sont belles, franches, mordantes et gaies. Ces qualitatifs valent pour le répertoire choisi pour cet album. Peut-être la musique prime-t-elle par les arrangements merveilleux et simples, mais on ne peut se détacher de l'ensemble, et la sous-jacence de la réalité de la culture, de l'art provençal et de la volonté de la lutte des occitans pour les défendre. Le tout est bien présenté, les chansons traduites en français avec quelques mots d'explication pour chacune qu'entourent les illustrations d'une pochette à trois volets dont le Chant du Monde a le secret.
L'Escargot Folk.


A l'entrada del tems clar + Trotto
Anonyme XIIIe